• Mamoudzou, le 11 décembre 2018

     

    Élections 2018 : le vote de la confiance

     

    Les électeurs de 2018 réaffirment leur confiance et choisissent massivement les syndicatséducation de la FSU Mayotte

     

    La FSU Mayotte sort grand vainqueur de ces élections professionnelles 2018. Malgré le contrôle insuffisant de l’administration, l’insécurité du vote et les attaques souvent injustifiées de tous nos concurrents, les syndicats de la FSUsecteur éducation restent majoritaires dans presque tous les scrutins. 

    Le taux de participation dépasse celui de 2014 (52,33% en 2018 contre 49,19% en 2014). On le doit à l’engagement de nos militants sur le terrain mais c'est aussi la preuve que ce vote a suscité l'intérêt des agents qui ont bien mesuré le risque qui pèse sur la défense de leurs droits individuels et collectifs lesquels sont traités dans le cadre des instances qui viennent d’être élues

    Par ailleurs, ce bon résultat conforte nos mandats notamment ceux sur l’attractivité et la stabilisation des titulaires, deux thèmes que la FSU développe à chaque réunion avec l’administration en rappelant nos revendications sur l’augmentation de l’indexation, la révision des décrets de 2013 sur l’ISG et de 1996 sur les affectations dans le pacifique, ainsi que le respect des engagements pris à l’égard de nos collègues (ISG pour les néo-titulaires, IE pour les collègues arrivés en 2012) et enfin le remboursement partiel de loyer selon les textes

    Il rend plus forte également notre revendication d’un plan de titularisation pour les non titulaires et d’une amélioration de leur gestion au quotidien. 

    Il renforce nos demandes de reprise complète de l’AGS pour les agents anciennement titulaires de la collectivité départementale. 

    Il légitime notre souci d’améliorer la protection sociale en maintenant l’indexation aux collègues en CLM ou obligés de se faire soigner hors département et il souligne la pertinence de notre exigence d’alignement des allocations familiales sur celles de la métropole pour tous les personnels. 

    Que tous nos électeurs et électrices soient remerciés

     


  •  

     

    « Pas les miettes, toute la boulangerie ! »

     

    Commencée le vendredi 30 novembre, la contestation dans les lycées a pris de l’ampleur : environ 300 lycées, parmi lesquels un certain nombre de lycées professionnels, ont été bloqués dans toute la France. Parallèlement, des assemblées générales se sont tenues dans plusieurs universités. L’UNL (Union Nationale Lycéenne), à l’initiative de cette journée d’action,avance le chiffre de 300 établissements touchés.

    Parmi les revendications, un certain nombre nous interpelle comme syndicat de l’enseignement professionnel public. Dans un communiqué en date du 3 décembre, l’UNL écrit notamment :

    « Nous ne voulons plus :

    D’une sélection à l’entrée de l’université, mise ne place à l’aide des attendus et des algorithmes de Parcoursup, qui discriminent selon le lycée d’où l’on vient, ou le bac que l’on aurait fait. (…)

    De la réforme de la voie professionnelle qui privilégie les intérêts privés de l’entreprenariat plutôt que l’intérêt des lycén.ne.s, et qui offrira des formations différenciées d’une région à l’autre. (…)

    De la suppression des 2 600 postes en lycée, prévue pour l’année 2019 »

    Les PLP se mobilisent depuis plusieurs mois sur ces revendications, elles sont aussi les nôtres !

    Au moment où l’enseignement professionnel public est sur le point d’être broyé par l’engrenage de la contre-réforme Blanquer ; au moment où le gouvernement Macron, isolé et rejeté de toutes parts, s’apprête à effectuer une saignée sans précédent dans les effectifs de l’enseignement professionnel public, le SNUEP-FSU Paris apporte son soutien plein et entier à cette mobilisation.

    Louis Boyard, président de l’UNL, a raison lorsqu’il déclare, avec indignation : « Nous, ce qu’on acceptera, ce ne sont pas les miettes, c’est toute la boulangerie ! ».

    Plusieurs arrestations ont eu lieu tandis que la police a fait usage de gaz lacrymogène, de flashballs et de coups de matraque. Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, vient de déclarer : « Je suis inquiète de la contamination du mouvement social dans les lycées, notamment dans les lycées franciliens (…) je demande à la police d’intervenir pour lever ces blocages. » Le SNUEP-FSU s’insurge contre les tentatives d’intimidation et toutes les formes de répression à l’encontre de la jeunesse qu’on empêche de se mobiliser dans un cadre apaisé.

    Sans attendre, le SNUEP-FSU Paris appelle les PLP à se faire entendre en votant aux élections professionnelles pour le SNUEP et la FSU, pour le retrait du plan Blanquer et la défense du statut des PLP.Il appelle les PLP à se réunir dès que possible afin de préparer la riposte, pour la satisfaction de nos légitimes revendications.

     Secrétariat Académique SNUEP-FSU Paris



  • INFO MAYOTTE


  • Chers-es collègues,

    Merci à celles et ceux qui ont accepté de perdre une journée de salaire pour cette belle journée de mobilisation intersyndicale dans l'éducation, une première depuis 2011. D'après nos retours, la grève a été fortement suivie. Après avoir effectué une manifestation ayant réuni environ 300 personnes à son maximum, nous avons été reçus en délégation par le Vice-Recteur, le secrétaire général (SG) et le directeur des ressources humaines.

    Voici, de manière non exhaustive les réponses que nous avons reçues :

    Le Recteur et le SG seront reçus le 11 décembre prochain à la Direction générale des ressources humaines (DGRH), dans le cadre du dialogue de gestion, sur la question spécifique de l'attractivité pour la Guyane et Mayotte. Le Recteur reconnaît, et c'est une première depuis plusieurs années, que le défaut d'attractivité met en difficulté le département. Ils sont conscients qu'ils sont en manque de compétence et qu'il est nécessaire de renforcer l'encadrement.

    La FSU Mayotte est revenue non seulement sur la revendication centrale de la hausse du taux d'indexation (qui bénéficierait à tous titulaires comme contractuels) mais aussi sur celle du respect des engagements.

    Versement de l'ISG aux néo-titulaires

    Sur l'ISG, le DRH oppose une lecture très restrictive du décret considérant que l'article 8 impose de passer deux ans en métropole ou DOM ( en dehors des territoires à ISG) avant de pouvoir percevoir l'ISG.
    Le SNES considère que ce n'est pas dans l'esprit du décret et que c'est une absurdité, alors qu'on parle d'attractivité, d'en arriver au stade où un néo-titulaire ne perçoit ni l'IFCR ni l'ISG.
    Le Recteur nous assure qu'il examinera cette situation.

    Suppression des IE pour les 2012 et 2013

    Sur la suppression des IE, pas de réponse.
    Le SNES indique qu'il engage des contentieux individuels.

    IRPL (indemnité de remboursement partiel de loyer)

    S'agissant du respect de la règlementation, la FSU demande que le versement de l'indemnité de remboursement partiel de loyer(IRPL) soit engagé conformément au changement de règlementation (déplafonnement) établi en 2013.
    Le SG nous assure qu'une position globale de l'État va être arrêtée très prochainement. Il semble qu'elle soit conforme à nos attentes.
    Nous serons attentifs à ce point en raison de la question de la rétroactivité. Dans l'attente, n'hésitez pas à vous rapprocher du secrétariat pour davantage d'informations conformément à ce que nous avons indiqué dans des messages précédents. 

    Respect de la règlementation

    Nous demandons également qu'il soit fait un effort sur le respect des délais de 6 ans pour les CDI contractuels ainsi que pour la signature des contrats dès la prise de poste ce qui n'est rien d'autre que le respect de la règlementation.

    Indexation pendant la maladie

    Autre point important qui était dans la plate-forme de l'intersyndicale et qui constitue une avancée, le DRH nous assure que pour les évasan, le VR maintient l'indexation.
    Il reste à conquérir l'indexation pour les CLM (congé longue maladie), CLD (congé longue durée) et CGM (congé grave maladie-contractuels). 

    Notice de vote : suite à l'intervention de l'intersyndicale, la date limite de récupération de cette notice prévue initialement le 13 est reportée. Aussi vous pourrez la récupérer jusqu'au vendredi 16 au secrétariat de votre établissement. L'identifiant de vote permet d'accéder à l'espace de vote. Il est donc indispensable.

    Syndicalement





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique