• Le Vice-rectorat nous informe de la mise en place de la nouvelle fiche de candidature 2017 en ligne sur le site du Vice-rectorat:

    https://www.ac-mayotte.fr/index.php/personnels/recrutement/577-fiche-de-candidature-personnels-non-titulaires

    Cette fiche de candidature est sollicitée pour l'ensemble des recrutements "contractuels", y compris pour le personnel ATOSS, COP,...
    A ce titre, vous pourrez communiquer les pages 1, 2 et l'annexe 1.
    Néanmoins, j'attire votre attention sur le fait que la Foire Aux
    Questions est d'avantage tournée pour le personnel enseignant au regard
    de nos contingents importants.


  • Le congrès académique de du SNUEP Mayotte aura lieu le Jeudi 16 février en présence de DAMMEREY Jérôme, responsable du secteur syndicalisation auprès du secrétariat national.

    Les adhérents recevront prochainement une convocation officielle ainsi qu'une demande d'autorisation d'absence à déposer un mois avant la date du congrès. 

    La présence de chacun et chacune est nécessaire. Outre la préparation du congrès national, il est prévu la mise en place d'un nouveau bureau élu démocratiquement.


  • Si vous n'avez pas reçu le SPECIAL MUTATION, CLIQUEZ ICI

     

    Les fiches de suivi sont ICI


  • Le document d'appui au rendez-vous professionnel, présenté jeudi 15 septembre 2016 par le ministère de l'Éducation nationale dans le cadre de la réforme de l'évaluation des enseignants, est "inacceptable", écrivent trois syndicats d'enseignants du secondaire de la FSU (SnesSnepet Snuep) dans un communiqué, lundi 19 septembre. Les syndicats estiment qu'il "ne permettrait pas d'évaluer la réalité du travail enseignant". Ils demandent un "barème chiffré" dans le "compte rendu d'évaluation" et davantage de crédits pour la formation continue. Par ailleurs, le Snuipp-FSU publie les résultats d'une consultation sur les nouvelles propositions du ministère.  Opposée à ce que seul l'avis de l'IEN soit pris en compte pour l'accélération de carrière, une majorité d'enseignants est en désaccord avec le contenu du "bilan professionnel" et ne souhaite pas qu'il soit envoyé à l'IEN.
    "Le bilan professionnel que le ministère entend rendre obligatoire avant chaque inspection est inacceptable", estiment trois syndicats de la FSU (Snes-FSU, Snep-FSU et Snuep-FSU) dans un communiqué, lundi 19 septembre 2016, trois jours après un nouveau cycle de négociations sur l'évaluation des enseignants entre les syndicats et le ministère de l'Éducation nationale.
    Sur l'accompagnement des enseignants : Les trois syndicats demandent "l'augmentation des crédits" alloués à la formation continue et "son élargissement aux domaines didactiques et pédagogiques". Le syndicat prévient que "sans effort conséquent pour renforcer et développer la formation continue, les projets sur l'évaluation ne seront que vœu pieu".
    Sur le "document d'appui au rendez-vous professionnel " : Ils estiment que ce document "conduirait inévitablement à survaloriser les activités périphériques à l'acte d'enseignement" et "ne permettrait pas d'évaluer la réalité du travail enseignant.
    Sur le "compte rendu d'évaluation professionnelle", ou "grille d'évaluation" : les syndicats de la FSU réclament un "barème chiffré" afin de "rendre le plus objectif possible le classement des personnels" qui bénéficieront ou non d'une accélération de l'avancement de carrière. Pour le Snes, le Snep et le Snuep, l'introduction de la notion de mérite dans l'évaluation "met les personnels en concurrence".
    Selon les syndicats, le compte rendu "risque de détourner l'évaluation du cœur de métier" et "distingue encore insuffisamment ce qui relève des prérogatives du chef d'établissement et celles de l'inspecteur".
    87,6 % des PE souhaitent que l'inspection soit mieux cadrée
    Le Snuipp pour une évaluation formative
    Dans son analyse des résultats de la consultation, le Snuipp interpelle le ministère, qui est selon lui "à la croisée des chemins" et "doit répondre aux besoins de la profession".
    Le syndicat défend une évaluation "formative" :
    • "qui accompagne, conseille et aide les enseignants des écoles à faire et à réinterroger leur métier"
    • "déconnectée de la carrière" pour éviter toute "mise en concurrence des personnels"
    Le Snuipp-FSU publie par ailleurs les résultats d'une consultation lancée auprès des enseignants du premier degré (1). Sur les plus de 10 000 répondants, la majorité d'entre eux ne sont pas satisfaits du dispositif actuel d'inspection (38,8 % jugent le dispositif insatisfaisant, 42,81 % plutôt insatisfaisant) et 87,6 % souhaitent que l'inspection soit mieux cadrée nationalement, notamment en termes de délais, de documents à présenter et de procédure de recours en cas de désaccord.
    Voici les principaux résultats de la consultation au sujet de l'évaluation des enseignants :
    À la proposition "Le ministère prévoit que seul l'avis de l'IEN soit pris en compte pour accélérer la carrière de 30 % des collègues au 6e et au 8e échelon", les enseignants du premier degré sont :
    • Pas du tout d'accord à 46,46 %
    • Plutôt pas d'accord à 34,93 %
    • Plutôt d'accord à 9,83 %
    • Sans avis à 7,01 %
    • Tout à fait d'accord à 1,77 %
    Le contenu du bilan personnel et la pertinence de l'envoyer à l'IEN questionnés
    Sur le bilan professionnel, le Snuipp demande aux enseignants s'ils sont d'accord ou non avec le contenu du document que l'enseignant pourrait avoir à finaliser 15 jours avant sa rencontre avec l'IEN. Les réponses "pas du tout d'accord" et "plutôt pas d'accord" rassemblent 77,33 % des répondants. Près de 20 % des enseignants (2 113 personnes) sont toutefois "tout à fait d'accord" ou "plutôt d'accord" avec ce contenu.
    Sur la pertinence d'envoyer ce document à l'IEN, sur 10 644 réponses, les enseignants sont :
    • Tout à fait d'accord 3,10 %
    • Sans avis 7,79 %
    • Plutôt d'accord 16,41 %
    • Plutôt pas d'accord 26,96 %
    • Pas du tout d'accord 45,73 %
    Les avis sont plus nuancés sur l'utilisation du bilan professionnel comme d'un guide à l'entretien : 55,37 % sont d'accord (plutôt et tout à fait d'accord), contre 36,58 %. 8,05 % sont sans avis.
    Avis partagés sur les critères d'évaluation
    Quant aux nouveaux critères d'évaluation censés remplacés la note pédagogique, les avis se partagent sur l'assertion "les critères sont adaptés à notre métier". En effet :
    • 31,75 % s'affirment "plutôt pas d'accord"
    • 31,23 % sont "plutôt d'accord"
    • 19,85 % sont "sans avis"
    • 14,06 % ne sont "pas du tout d'accord"
    • 3,12 % sont "tout à fait d'accord".
    En outre, encouragés à donner leur avis sur l'affirmation "les critères ne sont pas assez centrés sur le travail en classe", les enseignants du premier degré sont :
    • 42,49 % à être plutôt d'accord
    • 22,35 % sans avis
    • 16,71 % à être tout à fait d'accord
    • 15,40 % à être plutôt pas d'accord
    • 3,05 % à être pas du tout d'accord
    Par ailleurs, environ 85 % des répondants (9 128 sur 10 717) sont d'accord avec la définition du rôle de l'inspection telle que proposée par le Snuipp, à savoir : "le rôle de l'inspection, c'est avant tout un moyen d'accompagnement et de conseil pédagogiques". Ils sont également une majorité (81 %) à penser que l'inspection est un moyen de contrôler que l'enseignement dispensé est conforme aux programmes.

    (1) Selon les questions, entre 10 000 et 11 000 enseignants ont répondu. L'enquête a été menée en 5 jours.

    Nasr  LAKHSASSI

     


  • Paris, le 2 septembre 2016

    Une rentrée sous le signe de l'inquiétude et de la colère !

    Le SNUEP-FSU constate une fois de plus le décalage entre le discours de la ministre et la réalité des politiques menées. Alors que, pour la 4e année consécutive, les effectifs augmentent dans l'enseignement professionnel public, le nombre de PLP diminue. Ainsi entre 2012 et 2015, ce sont 3340 équivalents temps plein qui ont disparu pour financer des mesures desquelles l'enseignement professionnel public est exclu, notamment l'Education prioritaire ou la mise en place de la pondération en LEGT.

    À l'occasion de cette rentrée, le ministère multiplie les dispositifs : période d'accueil, orientation réversible, développement des 2ndes à champ professionnel, droit de retour en formation ou encore droit au redoublement dans son établissement sans moyens supplémentaires. Les enseignant-es sont donc sommé-es de mieux accueillir et de mieux faire réussir les jeunes dans des conditions de travail dégradées.

    Prétendant lutter contre le chômage des jeunes, le gouvernement poursuit un cap qui a pourtant prouvé son inefficacité : il tente toujours de développer l'apprentissage notamment dans nos établissements préférant ainsi répondre aux injonctions du patronat plutôt que d'investir massivement dans l'enseignement professionnel public. Ce choix injustifié favorise le mixage des publics dans la classe, en niant les besoins spécifiques des différents apprenant-es et en détériorant là encore les conditions de travail des enseignant-es.

    Les réformes successives de la taxe d'apprentissage continuent à asphyxier les établissements. la baisse de 30 % subie depuis 2 ans impacte directement le fonctionnement pédagogique des LP en détériorant la qualité des formations qui y sont dispensées.

    Le SNUEP-FSU dénonce avec force ces mesures et le manque criant de personnels pour encadrer et dispenser des formations de qualité aux 528 000 élèves scolarisés dans la voie professionnelle publique. 

    Lors de ce quinquennat, l'enseignement professionnel public n'aura pas bénéficié, et ne bénéficiera pas, de mesures ambitieuses pour permettre d'améliorer les conditions d'études des élèves et de travail des personnels. 

    Pour l'amélioration des conditions d'études des jeunes et des conditions de travail des personnels, pour des moyens supplémentaires à la hauteur des enjeux de l'enseignement professionnel public, le SNUEP-FSU appelle l'ensemble des PLP et CPE à se mettre en grève le 8 septembre. Il appelle également à signer l' "appel collectif pour l'avenir des lycées professionnels". 

     
    Le secteur communication du SNUEP-FSU




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique