• L'engagement de Marine Le Pen de "rétablir une véritable égalité des chances en retrouvant la voie de la méritocratie républicaine" passera par une "réduction de la liberté pédagogique" des enseignants et par une "revalorisation du bac", affirme Alain Avello, interrogé le 28 avril 2017 par Libération. Membre du conseil stratégique de l'équipe de la présidente du FN  et spécialiste de l'éducation, il précise qu'"au titre de l'égalité, il faut que les contenus soient les mêmes partout".  Par ailleurs, Alain Avello détaille les propositions pour l'école du collectif Racine (1), dont il est le président, comme la suppression de l'enseignement de la pédagogie dans la formation initiale des enseignants. Ces mesures, présentées en septembre 2016 à Marine Le Pen, "nourriront l'action politique" si le FN remporte l'élection présidentielle le 7 mai.
     
     
    (1) Le collectif Racine est membre du Rassemblement Bleu Marine, ssociation de partis et mouvements "patriotes", soutenant la candidature de Marine Le Pen en 2017. Le collectif Racine rassemble des enseignants, issus du public et du privé, tous niveaux confondus (lire sur AEF).


  • Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle indiquent que la représentante du Front national est qualifiée pour le second tour.

    La FSU considère avec une extrême gravité la montée de l'extrême droite dans notre pays.

    Depuis des années, la FSU prend une part active pour la combattre. .Elle s'est encore récemment adressée à toutes et tous les agent-es de la Fonction publique pour les alerter sur la dangerosité du Front national pour notre démocratie.

    Une arrivée au pouvoir du Front national est inenvisageable pour la FSU.

    Outre les replis nationalistes, les discours de haine et de racisme, le programme du Front National est contraire aux objectifs et valeurs de solidarité, justice sociale, égalité et de paix que porte la FSU. Compte tenu des pouvoirs octroyés au président de la Vème République, la prise de pouvoir du Front national serait une catastrophe pour notre pays : préférence nationale et racisme d'État aggraveraient encore les fractures de notre société. Les plus fragiles de nos concitoyens seraient les plus touchés. La FSU ne peut l'envisager.

    Contrairement à un affichage anti-système, là où il est en responsabilité, le Front national déploie une organisation clientéliste et discriminatoire. Il dit parler «au nom du peuple» et des «petits», mais brise les solidarités en s'attaquant par exemple au milieu associatif et culturel. Pour réduire les impôts, il fragilise le service public. Et il n'hésite pas à exercer des pressions sur les agent-es, en utilisant honteusement les réseaux sociaux comme moyen d'intimidation.

    Mais lutter contre les idées d'extrême droite implique de lutter contre les inégalités et les injustices, les politiques libérales en œuvre qui font le lit de l'extrême-droite depuis des annéesIl s'agit de les combattre et de faire avancer nos revendications.

    Continuer sur la voie des politiques libérales ne fera qu'aggraver le chômage et la précarité, fragiliser les services publics et la protection sociale, amenuiser l'égalité de toutes et tous face aux droits élémentaires, renforcer les inégalités sociales...

    La FSU porte et continue de porter des propositions alternatives pour une société plus juste et plus solidaire : partage du temps de travail, autre répartition des richesses et réforme fiscale, mesures pour une transition écologique pour préparer l'avenir, renforcement des services publics et de la protection sociale pour lutter contre les inégalités, réussite scolaire et élévation d'un niveau de qualification pour tous les jeunes ... Elle les portera également lors de la campagne des élections législatives et au-delà.

    C'est cette orientation qu'elle continuera de porter et de défendre avec les personnels. Elle construira, chaque fois que nécessaire, avec les salariés, les mobilisations dans l'unité la plus large.

    La FSU s'y emploie dès aujourd'hui en appelant à faire du 1er mai un grand rassemblement revendicatif, dans l'unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire, et pour dénoncer l'idéologie du Front National présent au second tour des élections.

    Le vote Front national n'est pas la solution pour répondre aux crises et difficultés que connaît notre société.Nous sommes toutes et tous concerné-es. Pas de vote pour le Front national !

     

     


    Philippe CASTEL, chargé des relations avec la presse pour la FSU
    06 72 53 91 13 / 01 41 63 27 40


  • Chers collègues,

    La FSU a revendiqué dès la sortie des nouveaux textes relatifs aux agents contractuels en août dernier la tenue de groupes de travail ; Il aura fallu attendre la sortie de la circulaire de l'éducation nationale en mars dernier pour que le Vice-rectorat mette en oeuvre cette demande.

    Nous sommes entrés dans la négociation sur la base des principes que vous trouverez dans le texte en pj.

    Comme vous pourrez le constater dans le deuxième texte sur le déroulé du GT, nous avons obtenu un certain nombre d'avancées non négligeables :
    -L'indice majoré 410 sera applicable à l'embauche et au renouvellement pour les bac +5,
    -le principe d'une progression à l'indice supérieur tous les 3 ans sauf en cas d'insuffisance professionnelle, est acté avec en protection, une consultation de la commission consultative paritaire.

    Nous avons par ailleurs proposé de substituer la "prime d'installation" applicable à quelques contractuels par un "complément de rémunération" ou "indemnité d'affectation" applicable à tous titulaires comme non titulaires, qui entrerait dans le cadre de la règlementation et répondrait au problème lancinant de l'attractivité.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique