• Quand on parle de ré-orientation

    "Malgré les discours autour des 30 ans du bac professionnel, cette rentrée est très décevante", estime le Snuep-FSU devant la presse, mardi 30 août 2016. "Le ministère a budgétisé 2 000 élèves en moins et les crédits pédagogiques sont également en baisse. Depuis le début du quinquennat, aucune véritable mesure n'a été prise, ni pour les personnels, ni pour les élèves", résument Jérôme Dammerey et Sigrid Girardin, du secrétariat national. Concernant la possibilité de se réorienter à la Toussaint, "cela va créer de la frustration" car les filières en tension n'offriront "pas plus de places" en raison d'un faible taux de désistement.  Le Snuep-FSU réclame des moyens supplémentaires pour "dédoubler les classes" et un parcours de bac pro en 4 ans "utile pour certains, si on veut réduire le décrochage scolaire", ainsi que la possibilité de retourner en CAP après un bac pro.

     

    Nasr Allah LAKHASSI